La chair est triste, hélas !

< mars 2020 (n° 473) >

Qui l'aurait crû ? Des trois types de cuisson qui s'offrent à ceux qui ne se sont pas fait à l'idée de devenir vegans, la plus dangeureuse serait le « bien cuit ». C'est qu'avec la chaleur intense se trouvent créées glycotoxines et hydrocarbures arômatiques polycycliques, préjuditiables à la santé. Sans compter les risques non négligables d'allergies, d'arthryte et de diabète que favoriseraient une barbaque consommée trop cuite. On nous recommande même de temps à autre un steack tartare, histoire de rompre avec notre traditionnel entrecote. Voilà qui va à l'encontre de nombres d'idées reçues, mais aussi, c'est à craindre, de la prochaine et toute aussi sérieuse étude qui, vraisemblablement, nous jurera l'inverse !

 

Qui l'aurait cru ? (pas d'accent circonflexe au participe passé du verbe croire)

ne se sont pas faits à l'idée (accord du participe passé avec le pronom se qui le précède et fait fonction de COD)

végans, vegan (Larousse) ou véganes (Robert)

dangereuse

se trouvent créés (il faut tenir compte du masculin hydrocarbures qui suit le féminin glycotoxines)

aromatiques (l'accent circonflexe du nom arôme ne se retrouve pas dans l'adjectif)

préjudiciables

non négligeables

arthrite (la finale -ite est caractéristique d'une inflammation)

que favoriserait (accord avec le sujet inversé barbaque)

steak (au contraire de bifteck)

traditionnelle (le nom qui suit est du féminin)

entrecôte

nombre d'idées (nombre est invariable quand, employé sans déterminant, il signifie « beaucoup »)

tout aussi sérieuse (on a ici affaire à l'adverbe)