Attention les yeux !

< octobre 2015 (n° 428) >

Pour avoir bon pied, mieux faudrait avoir bon œil. C'est du moins ce que tente à prouver une récente étude de généticiens Américains. Allez en croire, il y aurait un lien étroit entre la couleur de nôtre iris et la dépendance à l'alcool : les sujets aux yeux noirs ou marrons seraient en l'occurence moins vulnérables que ceux aux mirettes grises, vertes, et surtout bleues ! De quoi faire ouvrir des yeux... ronds à plus d'un et suciter quelques questions existencielles. Les yeux pervenches sont-ils à fourrer dans le même sac (lacrymal) que les châsses bleu ciel ou bleu vert ? S'agit-il là d'une relation de cause à effets ou d'une simple coincidence ? À trop s'intéresser aux gênes, ne risque-t'on pas de tuer le plaisir ?

 

mieux vaudrait

tend à prouver (il s'agit du verbe tendre, et non de tenter)

américains (jamais de majuscule à l'adjectif)

À les en croire (ce qui était écrit n'avait aucun sens)

notre iris (adjectif possessif, et non pronom)

yeux (...) marron (nom invariable quand il est employé comme adjectif de couleur)

en l'occurrence

susciter

existentielles

yeux pervenche (voir marron)

bleu-vert (si, comme pour bleu ciel, l'expression traduisant la couleur reste invariable parce qu'elle est constituée de deux mots, le trait d'union s'impose ici entre deux adjectifs de couleur)

de cause à effet

coïncidence (tréma)

gènes

risque-t-on (le « t » euphonique est précédé et suivi d'un trait d'union)