C'est la rentrée...

< septembre 2015 (n° 427) >

Fini le farniente ! Adieu vie de dilletante ! Hormi les juilletistes, lesquels ont repris le collier il y a quelque trente jours déjà et se sont faits depuis belle lurette une raison, tous se préparent à un atterissage douloureux. C'est que nous voici derechef assujetis aux rythmes effrénés, aux cadences infernalles, à l'ébouriffante promiscuïté des transports en commun ! Ne parlons même pas, pour ne pas assombrir encore le tâbleau, de cette simpiternelle course à l'échalotte à laquelle ne nous condamne que trop souvent notre amour-propre et nos misérables ambitions ! Heuresement, une idée nous maintient à flots : celle que, dans trois cent trente jours, il nous sera accordée une nouvelle remise de peine...

 

dilettante

Hormis (cette préposition prend toujours un « s », à la différence de parmi)

juillettistes

se sont fait une raison (le COD de ce participe n'est pas le pronom se qui précède, mais le nom raison qui suit : il n'a donc aucune influence sur l'accord dudit participe)

atterrissage (attention aux trois consonnes doubles !)

assujettis

infernales

promiscuité (pas de tréma)

tableau

sempiternelle

échalote

condamnent (accord avec les deux sujets que sont amour-propre et ambition)

heureusement

à flot (le mot reste au singulier ici, contrairement à ce qui se passe dans la locution couler à flots)

il nous sera accordé (l'accord se fait, non avec le sujet réel, mais avec le pronom impersonnel il)