Ô vieillesse amie !

< mars 2015 (n° 421) >

Le simulateur de vieillissement, vous connaissez ? Une sorte de combinaison spaciale qui vous allourdit les membres, vous tétanise le râchis, rend le moindre de vos gestes empreinté... Rien n'a été laissé au hazard pour vous avertir, des plus sournoisement, de ce qui est censé vous attendre : arthrose, ankylose, osthéoporose. Vision bien... morose, décidément, de nos années avenir ! À quand l'appareil qui, plus tôt que les bas, répertorira les hauts de nos vieux jours ? Cette tranquilité d'esprit que peut seul conférer l'expérience de la vie... Ce rhythme apaisé, aux exactes antipodes de celui que nous impose une existence toute entière vouée au futile... C'est que ça peut-être beau, un crépuscule !

 

spatiale (ne pas confondre avec spacieuse)

alourdit

rachis

emprunté

hasard

ostéoporose

années à venir (il ne s'agit pas ici du nom, lequel s'écrit en effet en un mot, mais de la locution adjective)

plutôt

répertoriera (le « e » rappelle que l'on a affaire à un verbe du premier groupe)

tranquillité (avec deux « l », comme pour l'adjectif tranquille)

seule (accord avec le nom expérience)

rythme

aux exacts antipodes (ce dernier nom est du genre masculin)

tout entière (invariable, en tant qu'adverbe, quand il est suivi d'un adjectif féminin commençant par une voyelle)

ça peut être beau (pas de trait d'union : il n'est pas question de l'adverbe marquant une possibilité, mais de deux verbes successifs, pouvoir et être)